Faillite d’entreprise : responsabilités du directeur général

0
92

Insolvabilité des entreprises

Il n’est pas rare que des sociétés à responsabilité limitée déposent le bilan parce qu’elles ne sont pas en mesure de faire face à leurs dettes. Le grand avantage d’une société à responsabilité limitée est que les actionnaires ne sont pas personnellement responsables et que leurs biens personnels ne sont pas affectés.

Toutefois, il convient de garder à l’esprit que la “responsabilité limitée” ne s’applique qu’aux actionnaires, mais pas au représentant légal (administrateur) ou au directeur général. Conformément à l’article 163 de la loi espagnole sur l’insolvabilité, les causes d’insolvabilité d’une société peuvent être qualifiées de fortuites ou d’imprévisibles. l’insolvabilité coupableL’insolvabilité fortuite est, comme son nom l’indique, l’incapacité d’une entreprise à fonctionner en raison de facteurs externes tels que la récession économique, une forte concurrence, etc. L’insolvabilité coupable est due à des facteurs humains ou à des négligences graves (par exemple, l’entreprise a fait de faux comptes, des actes illégaux, des transferts illégaux de fonds de l’entreprise, etc.) Si la cause de la faillite de l’entreprise est jugée coupable, le représentant légal sera jugé responsable du paiement des dettes.

Note : Si le représentant légal peut prouver que la faillite de l’entreprise n’est pas liée à ses actions, il peut être exempté de peine.

Le directeur général de l’entreprise serait également concerné

Tout d’abord, il est important de comprendre la différence entre un directeur général (apoderado general) et un administrateur.

La loi stipule que seul le représentant légal (directeur) a le droit de gérer la société (Administrador en espagnol).. La signature ou l’autorisation du représentant légal est nécessaire pour accéder aux fonds de la société et pour signer des contrats pour la société. Le représentant légal est nommé par l’assemblée générale des actionnaires. En général, le représentant légal d’une grande entreprise n’est pas une personne unique, mais un “conseil d’administration”.

Le représentant légal peut être trop occupé pour pouvoir s’occuper de toutes les affaires de la société. C’est pourquoi la loi autorise le représentant légal à d’autoriser une autre personne à représenter l’entreprise, à savoir “apoderado”. Il existe deux types de personnes autorisées : le premier est l'”apoderado especia “l, qui est une personne autorisée à faire une chose spécifique au nom de l’entreprise (par exemple, signer un contrat). Cette autorisation est temporaire et, lorsque ce contrat spécifique est signé, la personne autorisée ne représente plus l’entreprise.

Le second est le apoderado generalC’est la personne qui peut faire un grand nombre de choses au nom de l’entreprise (par exemple, transférer de l’argent, déposer de l’argent, signer des contrats, etc.) ). Ce type d’autorisation n’est généralement pas spécifique et l’auteur peut exercer diverses facultés.

Compte tenu de ces deux distinctions, l’article 163 du code des faillites prévoit que le directeur général (apoderado general), tout comme le représentant légal, serait également responsable en cas d’insolvabilité coupable, à condition que l’insolvabilité provoque sont liées aux actions du directeur général. Dans ce cas, les biens personnels seront tenus de payer les dettes de l’entreprise.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here